Dans la brume

  • C’est un film de : Science-Fiction
  • Sortie au cinéma le : 4 avril 2018
  • Réalisé par : Daniel Roby
  • Ecrit par : Guillaume Lemans, Mathieu Delozier et Jimmy Bemon, sur une idée de Dominique Rocher et Guillaume Lemans
  • Avec au casting : Romain Duris, Olga Kurylenko, Fantine Harduin, Michel Robin et Anne Gaylor
  • L’histoire : Mathieu et Anna sont les parents d’une jeune fille prénommée Sarah, qui vie dans un caisson hermétique. Désireux de soigner l’adolescente, le couple doit cependant faire face à un évènement inattendu : à la suite d’un tremblement de terre, une brume mortelle envahit les rues de Paris. À l’instar d’autres survivants, le couple trouve refuge dans l’appartement du dernier étage de leur immeuble. Sans électricité, sans informations, sans eau ni nourriture, il devient alors évident que pour s’en sortir et sauver leur fille, les parents vont devoir s’aventurer dans la brume.
  • Disponible en : DVD & Blu-ray

Enfin un bon film de science-fiction français !

Au risque de casser le suspens, je l’admets bien volontiers dès le début : oui, j’ai adoré Dans la brume. Encore plus qu’Annihilation, ce qui est assez dingue, même s’ils sont tout deux très différents. Certes, il n’atteint pas l’excellence des grands films du genre, mais ça fait quand même du bien de voir un bon film français de science-fiction ! Franchement, il m’a redonné l’espoir de découvrir à l’avenir d’autres métrages du même genre et de la même qualité. D’autant que Dans la brume est l’illustration même du projet qui n’a pas eu besoin d’un budget de plusieurs millions d’euros, d’effets spéciaux complètement fous, ou même de sous-textes compliqués, pour être un bon film de SF. Avis donc aux professionnels, et amateurs, du cinéma, prenez exemple sur ce film !

Des défauts, oui il y en a et alors ?

Le film n’est toutefois pas sans défauts. Comme une légère baisse de régime au milieu du métrage, mais rien de bien grave. On sent également quelques petites facilités scénaristiques. Par exemple, pourquoi ne pas emporter plusieurs tenues ? Pourquoi ne pas en utiliser une ? Pourquoi ne pas aller chercher l’ami de Sarah ? Certes, ces questions trouvent leur réponse plus tard dans le film, mais sur le moment cela paraît un brin bizarre. Bon par contre pour ce qui est de la séquence avec le policier, on ressent qu’elle est clairement là pour mettre un peu de rythme et permettre au héros de s’en sortir. Ce n’est donc pas une scène inutile, illogique, ou qui vient de nulle part, mais la ficelle est quand même un peu grosse à mon goût.

Je l’avoue, je pinaille

Cependant, je l’avoue je suis très tatillon. Après tout, on peut facilement expliquer la plupart des défauts que je viens d’énumérer. Par exemple une combinaison c’est lourd, en emporter deux aurait été difficile. De plus, l’hôpital est un véritable labyrinthe, qui plus est partiellement en feu. Difficile donc d’y retourner pour prendre la seconde combinaison. Quant au copain, le chien est là pour faire fuir les personnages. Et puis d’une façon plus générale, la situation est exceptionnelle, par conséquent il n’est pas toujours facile de réfléchir et de réagir de la manière la plus logique qui soit. Quoiqu’il en soit, on accepte aisément ce genre de petits défauts, dès lors que le film sait nous emporter dans son histoire, ce qui est bel et bien le cas.

Un film qui garde un certain mystère

Par ailleurs, j’ajouterais que beaucoup d’autres éléments ne sont pas clairement expliqués. Et si vous avez lu (ou écouté) mon avis sur Annihilation, vous savez que j’aime ça. D’où vient la brume ? Du sous-sol à la suite d’un tremblement de terre. Mais est-elle naturelle ou artificielle ? Cela on l’ignore et c’est tant mieux. Que va-t-il se passer à l’avenir ? Va-t-elle s’évaporer dans l’air et disparaître, ou au contraire tout contaminer ? La brume s’étend-elle uniquement sur Paris ? Tout cela on ne le sait pas. Au mieux on a quelques indices, comme l’alerte à la radio qui laisse penser que le pays entier est touché par le phénomène.

Verdict

Je recommande très chaudement ce film ! Je ne cesserais pas de le répéter : enfin un bon film de science-fiction français ! Avis donc à tous les professionnels cinéma : pour faire un excellent film de SF il n’y a pas besoin d’un budget pharaonique, ni de bêtement copier les Américains. Dans la brume en est la preuve et je veux plus des comme ça.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *