Grand Prix Climax 2019

Enfin ça y est, le Grand Prix Climax 2019 vient d’ouvrir ses portes pour sa quatrième édition ! J’ai donc jusqu’au 23 septembre 2019 pour proposer mon projet de long métrage.

Kesako ?

Le Grand Prix Climax est un concours de scénarios visant à célébrer et mettre en avant les projets de cinéma « de genre ». Autrement dit, les scénarios parfois étranges ou qui n’appartiennent pas aux genres habituellement du cinéma français (thriller, action, fantastique, science-fiction, etc.).

Pourquoi est-ce si important pour moi ?

Par deux fois ce Grand Prix m’est passé sous le nez. Tout d’abord en 2017, alors que j’en étais encore à apprendre l’écriture de scénario. J’étais donc incapable à l’époque de produire un long métrage. La seconde fois en 2018, je me suis tout simplement surestimé. Je pensais avoir le temps d’écrire mon projet, mais finalement la phase de recherche m’a pris beaucoup plus de temps que prévu.

La seconde raison, c’est que je me reconnais bien dans ce concours. Certes il en existe beaucoup d’autres, que ce soit pour des courts ou des longs métrages, mais pas comme celui-ci. C’est tout à fait le genre de films qui me plait et que j’ai envie d’écrire, ou que je finis par écrire même en tentant de faire quelque chose de plus classique.

Cette fois c’est la bonne ?

J’ai un projet de long métrage qui traîne dans ma tête depuis au moins deux ans et que j’ai commencé à travailler l’année dernière, avec pour objectif de le présenter au Grand Prix Climax 2018. Hélas, comme je l’ai déjà écrit, je n’y suis pas parvenu. Néanmoins cela ne m’a pas empêché de continuer à travailler dessus et à produire un premier synopsis que j’ai pu envoyer à L’Accroche Scénariste pour relecture.

En ce qui concerne le projet lui-même et le temps qu’il me reste, les choses se présentent donc très bien. Reste à bien gérer mon futur déménagement au mois de juin, qui me forcera à stopper mon écriture durant quelques jours (ou semaines). L’autre problème, qui m’angoisse beaucoup par ailleurs, c’est Pôle Emploi. Déjà il ne faut pas s’attendre à ce que mon conseiller comprenne quoique ce soit à ce que je tente de faire. Mais surtout Pôle Emploi est bien capable de me pourrir la vie avec leurs ateliers ou formations à la noix, histoire de me faire perdre du temps en plus de me fatiguer physiquement et moralement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image