Star Wars : la trilogie originale

Star Wars : Episode IV – A New Hope

  • C’est un film de : Space Fantasy
  • Écrit et réalisé par : George Lucas
  • Sorti en salle le : 25 Mai 1977 aux USA, 11 Septembre 1977 en France
  • Avec au casting : Mark Hamill, Carrie Fisher, Harrison Ford, Alec Guinness, Peter Cushing, David Prowse, Anthony Daniels et Kenny Baker
  • L’histoire : C’est une époque de guerre civile. À bord de vaisseaux spatiaux opérants à partir d’une base cachée, les Rebelles ont remporté leur première victoire sur le maléfique Empire Galactique. Au cours de la bataille, des espions rebelles ont réussi à dérober les plans secrets de l’arme absolue de l’Empire : l’Étoile de la Mort, une station spatiale blindée dotée d’un équipement assez puissant pour annihiler une planète tout entière. Poursuivie par les sbires de l’Empire, la princesse Leia file vers sa base dans son vaisseau cosmique, porteuse des plans volés à l’ennemi qui pourront sauver son peuple et restaurer la liberté dans la galaxie…
  • Disponible en : DVD et Blu-ray (Trilogie, Saga, Saga Skywalker)

Il était une fois, au début des années 70…

Un jeune réalisateur, du nom de George Lucas, qui rêvait d’adapter sur grand écran l’un des héros de son enfance : Flash Gordon. Mais devant le refus qu’il reçut des détenteurs des droits, le jeune homme décida de créer son propre univers. Dès 1973 il commence alors à écrire ses premières idées, mais la mise en œuvre de son projet allait être longue et semée d’embûches. Heureusement Lucas peut compter sur le soutien et l’aide de ses proches, ainsi que sur sa ténacité face à l’incompréhension de ses collaborateurs.

Il ira même jusqu’à créer sa propre société d’effets spéciaux, ILM, et prendra un gros pari sur le succès du film en obtenant le contrôle des produits dérivés, ce qui lui permettra plus tard d’obtenir une certaine indépendance vis-à-vis des producteurs hollywoodiens.

Enfin, après plusieurs difficultés durant le tournage ainsi qu’en postproduction, le rêve de George Lucas devient enfin réalité le 25 mai 1977, avec la sortie de son film qui marquera durablement l’histoire du cinéma, et même au-delà, dénommer Star Wars.

Un classique qui l’était déjà à l’époque ?

Si de nos jours La Guerre des Étoiles est devenu un classique, au point d’être étudié dans les écoles de cinéma, pour moi il l’était déjà à l’époque. Certes son univers et son visuel étaient inédits, mais la structure de l’histoire ne me semblait pourtant pas aussi originale. En fait, le gamin que j’étais y voyait surtout une histoire de chevalier dans un univers spatiale, avec ses gentils, ses méchants, son chevalier noir, sa grosse forteresse et bien entendu sa princesse en détresse.

Le voyage du héros, la base de tout

Cependant, l’enfant que j’étais a depuis bien grandi et est aujourd’hui en mesure de comprendre d’où venait cette impression. La cause est sans aucun doute ce qui a inspiré la conception et l’écriture de Star Wars. George Lucas s’est en effet basé sur un grand nombre d’éléments divers et variés : d’autres œuvres de science-fiction bien entendu, mais aussi de westerns, de films de sabres, de films de guerre, de la Seconde Guerre mondiale, de la mythologie, et bien d’autres choses encore.

Mais il a surtout basé l’écriture de son film sur le concept du voyage du héros. Le principe est le suivant : un évènement pousse un jeune homme simple à partir à l’aventure dans un monde bien plus vaste et dangereux qu’il ne l’imagine, il peut heureusement compter sur le soutien d’un mentor qui lui remettra un objet magique, ainsi que sur ses amis qui lui viendront en aide lorsque cela sera nécessaire. Servant de socle à un grand nombre de récits, quel que soit leur support, il n’est alors pas si surprenant que la structure du scénario de La Guerre des Étoiles paraisse aussi classique.

Toutefois, cela ne s’arrête pas à ce tout premier Star Wars, car le concept se retrouve également dans les épisodes suivants et même, d’une façon plus large, dans la trilogie elle-même, et plus tard dans la prélogie, mais d’une manière un peu différente.

Néanmoins, il y aura toujours cette inspiration fantaisiste, tant et si bien que pour ma part je préfère classer les films Star Wars dans la catégorie Space Fantasy, contraction de Space Opera et Fantasy, plutôt que dans le genre du Space Opera ou de la Science-fiction.

Vers un univers plus vaste

Mais rendons à César ce qui appartient à Jules ! Malgré une mise en scène elle aussi assez classique et clairement inspiré, parfois plan par plan, d’autres films, force est cependant de constater que de nombreuses décisions prises par Lucas ont grandement contribué au succès de Star Wars.

En fait tout est dans la présentation de l’univers, déjà particulièrement attirant en soi. Par exemple, en choisissant de mettre en avant une technologie déjà usée, le spectateur ne peut que s’imaginer qu’il est face à un monde qui a un long vécu derrière lui. Auquel s’ajoute les paroles d’Obi-Wan qui évoque notamment une précédente guerre.

C’est sans aucun doute la plus grande réussite du film, celui de nous montrer qu’un petit bout d’un univers imaginaire bien plus vaste et qui ne manquera pas d’émerveiller plusieurs générations de spectateurs.

Que serait Star Wars sans John Williams ?

Enfin il ne faut bien entendu pas oublier John Williams, sans qui, je n’en doute pas un seul instant, La Guerre des Étoiles n’aurait pas complètement été Star Wars. La musique orchestrale est clairement l’autre point fort du film et même de la saga dans son ensemble, à tel point que certains morceaux résonnent encore dans bien des mémoires des décennies plus tard.

Verdict

En conclusion, bien qu’il ne figure pas parmi mes films préférés, que ce soit d’une façon générale ou même au sein de la saga, car je lui préfère l’épisode V, Star Wars : Episode IV – A New Hope garde et gardera pour toujours une place particulière dans ma mémoire, celui d’un film qui donna naissance à un incroyable univers, pour le meilleur et parfois hélas pour le pire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *