Star Wars : la trilogie originale

Star Wars : Episode VI – Return of the Jedi

  • C’est un film de : Space Fantasy
  • Réalisé par : Richard Marquand
  • Écrit par : Lawrence Kasdan et George Lucas
  • Sortie en salle le : 25 mai 1983 aux USA, 19 octobre 1983 en France
  • Avec au casting : Mark Hamill, Carrie Fisher, Harrison Ford, Alec Guinness, Billy Dee WIlliams, David Prowse, Anthony Daniels et Kenny Baker
  • L’histoire : Luke Skywalker est retourné parmi les siens sur la planète Tatooine pour tenter d’arracher son ami Han Solo aux griffes de l’ignoble Jabba le Hutt. Luke ne peut pas savoir que l’Empire Galactique a commencé à construire en secret une nouvelle station spatiale blindée bien plus puissante et terrifiante que la première Étoile de la Mort. Quand cette arme absolue sera achevée, ce sera la fin du petit groupe de résistants qui luttent pour ramener la liberté dans la galaxie…
  • Disponible en : DVD et Blu-ray (Trilogie, Saga, Saga Skywalker)

Quand Lucas reprend le contrôle

Après avoir confié les rênes de son univers à des gens plus talentueux que lui dans certains domaines, George Lucas est pourtant bien décidé à en reprendre le contrôle.

Et cela commence très tôt avec un Harrison Ford qui souhaitait voir son personnage mourir. Gary Kurtz, producteur des deux précédents films, eut alors l’idée que durant la seconde partie de l’histoire Han Solo se sacrifierait pour sauver ses amis. Mais Lucas refusa catégoriquement, car il ne voulait pas que l’un des personnages principaux meure, ces derniers étant trop importants dans la vente des produits dérivés et plus particulièrement des jouets. À cela viendront s’ajouter d’autres désaccords qui pousseront Kurtz à quitter l’aventure.

Autre problème, Lucas souhaitait faire appel à son ami Steven Spielberg pour réaliser le troisième et dernier épisode de la trilogie, mais cela ne fut pas possible. Finalement le poste fut obtenu par Richard Marquand, qui ne marquera pas plus que cela l’histoire du cinéma (blague facile).

Par ailleurs, contrairement à l’épisode V, Lucas sera très présent sur les plateaux de tournage, notamment pour éviter les dépassements de budget, mais sans doute aussi pour garder un certain contrôle sur le film.

Le problème des Ewoks

Dès lors que l’on a compris que pour George Lucas le merchandising passait avant le film, l’ajout des Ewoks n’est alors pas si surprenant. Pour ma part, je n’ai basiquement rien contre ces mignonnes petites peluches. Après tout Star Wars a toujours eu un côté familial, bien qu’il soit plus présent dans ce sixième épisode.

Néanmoins, le véritable problème des Ewoks c’est leur impact sur l’histoire et plus particulièrement durant la bataille finale. Certes, on peut voir dans cette victoire un message écologique sous-jacent, du fait que c’est la peuplade proche de la nature qui vainc les forces Impériales, symbole notamment d’industrialisation et de destruction. On peut également traduire ce triomphe comme l’exemple que : quand on a la foi tout peut arriver, même ce qui semble impossible.

Encore faut-il que cela soit un minimum crédible. Or ici on parle de peluches qui n’ont pas dépassé l’âge de pierre, mais qui parviennent pourtant à tabasser du Stromtrooper, technologiquement bien supérieurs, et à casser du AT-ST ! Et cela malgré l’aide apporté par les forces rebelles, l’intervention de Chewbacca qui détourne un bipod, ou même la possible supériorité numérique des Ewoks.

Cela est d’autant plus dommage qu’à l’origine ce devait être des Wookies. Mais Lucas a changé d’idée, soi-disant parce que cela ne correspondait pas au personnage de Chewbacca… Il est plus probable qu’aux yeux de Lucas, il était bien plus important de mettre les peluches à vendre directement devant la caméra. Mais dans ce cas-là, pourquoi ne pas avoir mélangé les deux races ? Il n’aurait absolument pas été incohérent que les Wookies et les Ewoks vivent sur la même planète, et que ces derniers fassent appel à leur puissant voisin pour combattre l’Empire…

Lucas est peut-être très doué pour créer des univers incroyables, mais s’il y a bien une chose que commence à démontrer cet épisode VI, c’est qu’il n’a pas toujours de bonnes idées.

Une fin de trilogie acceptable

Néanmoins, malgré la présence très discutable des Ewoks, il faut bien admettre que le film n’en demeure pas moins bon et divertissant. Bien qu’en deçà de l’épisode précédent, car plus familial et surtout un petit peu trop positif à mon goût. Quoiqu’il en soit, cet épisode propose son lot de nouveautés et une fin de trilogie tout à fait convenable.

Par ailleurs, une fois de plus cet opus repousse les limites des effets spéciaux de l’époque, avec notamment la scène des motojets ou encore le palais de Jabba et ses nombreuses nouvelles créatures. Il est d’ailleurs intéressant de noter que l’idée du design de Jabba ne vient pas de Lucas. Certes il voulait un monstre répugnant, donc en totale opposition avec ce qu’il imaginait pour l’épisode IV, mais c’est Phil Tippett, superviseur de la conception des créatures, qui eut alors l’idée d’en faire une grosse limace visqueuse et baveuse.

Quant à la course-poursuite en motojet, celle-ci témoigne de l’imagination dont les créateurs d’effets spéciaux devaient faire preuve à l’époque, et parfois même encore aujourd’hui. En effet, la scène a été tournée avec une steadycam qui enregistrait une image par seconde. Une fois l’enregistrement remonté à une vitesse normale de 24 images par seconde, on obtenait alors une impression de vitesse de plus de 100 km/h.

Verdict

En conclusion, Star Wars : Episode VI – Return of the Jedi est clairement l’épisode le plus faible de la trilogie. Moins profond, un peu trop positif et moralisateur, il n’en demeure pas moins un bon film qui est encore aujourd’hui bien meilleur que beaucoup d’autres épisodes de la saga. Un bon divertissement donc et une fin convenable à la saga.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image