Star Wars : la trilogie originale

The Star Wars Trilogy : Special Edition


En 1997, alors que Gorge Lucas prépare la prélogie, celui-ci décide de ressortir au cinéma la trilogie originale à l’occasion du 20ème anniversaire de l’épisode IV. Toutefois cette édition spéciale va bien au-delà d’une simple remasterisation des trois films, car Lucas souhaite également ajouter des plans qu’il n’avait pas put intégrer à l’époque à cause de la limitation technique, chose désormais possible grâce à la technologique numérique. Si sur le papier la promesse sonne plutôt bien, nombreux ont été les fans à grincer des dents lorsqu’ils ont découvert cette édition spéciale dans les salles obscures.

Des corrections d’erreurs et des améliorations bienvenues

Mais avant d’aborder les sujets qui fâchent, commençons par ce que George Lucas a fait de bien. Tout d’abord, il a corrigé un bon nombre d’erreurs des premiers films. Certains sont sans doute trop jeunes pour s’en souvenir, mais dans la version originale de l’épisode V par exemple, on pouvait voir les ombres des TB-TT à travers les cockpits des speeders des neiges.

À cela sont venues s’ajouter des modifications plutôt bienvenues. Ainsi les vaisseaux sont plus nombreux lors de la bataille de Yavin, mais surtout durant la bataille d’Endor. Citons également l’ajout de décors dans la cité des nuages, lui donnant par conséquent plus d’espace et de vie. Sans oublier bien sûr les transformations visant à rendre la trilogie plus cohérente non seulement avec elle-même, mais aussi avec la future prélogie. C’est pourquoi lorsque le visage de l’Empereur apparaît pour la première fois dans l’épisode V, la scène a été entièrement refaite et le visage changé afin qu’il corresponde à l’acteur Ian McDiarmind, qui incarne l’Empereur dans l’épisode VI ainsi que dans la future prélogie.

Malheureusement, cela n’a pas empêché Lucas de faire de nouvelles petites bourdes. Par exemple, il a corrigé la plupart des lames des sabrolasers, mais pas tous. En effet, durant l’entraînement de Luke sur le Faucon Millenium, on peut remarquer que la lame est d’un bleu très clair, à la limite du blanc. Pourquoi alors avoir rectifié les autres sabres, mais pas celui-ci ? D’autant que Lucas apportera encore plusieurs corrections au fur et à mesure des rééditions des films sur différent support. Dans le même ordre d’idée, l’ajout d’un plan dans l’épisode V durant lequel on peut apercevoir le Wampa. L’ennui c’est que cela s’accompagne d’une erreur de montage, car on voit d’abord le Wampa manger son Tauntaun avant de l’entendre tuer sa proie. Encore une fois, pourquoi cette erreur n’a-t-elle jamais été corrigée par la suite ? Mystère…

Les changements qui fâchent

Mais bien entendu, ce que beaucoup de spectateurs et de fans ont retenu, et à raison, ce sont les changements qui fâchent ! Déjà l’idée même de vouloir rajouter des éléments entièrement numériques à un film d’époque est très discutable, en plus de créer un décalage technologique qu’il est parfois difficile de ne pas voir. Mais plutôt que de tout critiquer en un bloc, revenons paragraphe par paragraphe sur les différents changements qui fâchent, l’épisode IV étant celui qui a subi le plus de modifications.

La cachette de R2

Après que Luke ait été assommé par un homme des sables, R2-D2 se cache dans une petite cavité. Dans la version originale, il est vrai que l’on peut se demander comment les hommes des sables ne le voient pas, car il n’est pas forcément bien caché. Pour corriger cela, Lucas a fait ajouter numériquement quelques rochers au premier plan. Jusqu’ici pas de problème, ce n’est qu’une petite correction pas bien importante et qui apporte un peu plus de cohérence à la scène. Le problème, c’est qu’au fil des éditions suivantes, Lucas va rajouter toujours plus de rocher, jusqu’à ce que cela devient si ridicule que l’on se demande maintenant comment R2 a-t-il put se cacher dans cette cavité, et en sortir…

Mos Eisley

Lorsque Luke, accompagné d’Obi-Wan et des droïdes, arrive à Mos Eisley, on découvre une foule de nouveaux plans. La plupart sont plutôt sympathiques et nous montrent une ville bien plus vivante et exotique qu’auparavant. Mais d’autres plans sont plus problématiques, au point que l’on peut même se demander si Lucas ne l’a pas fait exprès pour défigurer son film…

Le premier qui me pose problème, c’est l’arrivé à Mos Eisley, lorsque l’on voit de dos le speeder entré dans la ville. Non seulement je trouve cela moche, mais en plus pas vraiment utile..

Plus tard, nos héros sont stoppés par des stormtroopers. À ce moment-là on a le droit à un gros cul de Dewback qui passe au premier plan et cache la scène ! Certes cela ne dure que quelques instants, mais pourquoi l’avoir ajouté ? Cela ne sert d’autant plus à rien, que l’on a déjà vu la créature auparavant lorsque les Stromtroopers inspectent la capsule dans le désert. Un changement plutôt sympathique d’ailleurs, car il montre que les troupes de l’Empire s’adaptent aux spécificités de chaque planète.

Han shot first

On arrive maintenant à la scène qui sans aucun doute fâche le plus ! Après avoir convenu de conduire Luke, Obi-Wan et les droïdes jusqu’à Alderaan, Han Solo est stoppé par un Greedo bien décidé à le livrer à Jabba. S’ensuit une conversation qui tourne mal pour le chasseur de prime, puisque sentant que celui-ci veut le tuer, Han tire le premier sans laisser le temps à son assaillant de répliquer.

Sauf que, selon George Lucas, cette scène est le résultat d’une erreur de montage, car à l’origine Greedo devait tirer le premier puis Han. Par conséquent, Lucas a modifié le plan de la fusillade de façon à ce que ce soit le cas. Et comme on pouvait s’y attendre, cela a déclenché un scandale !

Mais ce n’est pas fini pour autant, car Lucas va encore modifier plusieurs fois la scène jusqu’à aboutir à quelque chose de complètement ridicule ! Désormais, Greedo tire le premier, Han esquive d’une façon totalement irréaliste et flingue à son tour Greedo. Le tout en une fraction de seconde !

Au-delà d’un Lucas qui persiste et signe dans sa bêtise, le problème est que la scène originale a pris une grande importance dans la construction du personnage de Han ! Un homme solitaire qui ne fait confiance à personne, à l’exception de Chewbacca, et qui, s’il se sent menacé, préfère dégainer et tirer le premier. Cela renforce le côté vaurien du personnage, en plus d’être totalement logique.

Alors, pourquoi avoir modifié cette scène qui n’en avait pas besoin ? Une erreur de montage ? Personnellement j’ai toujours autant de mal à y croire. Je pense plutôt que dans une volonté de rendre le film plus politiquement correct et familial, Han devait être en état de légitime défense et donc la fusillade modifiée.

La « première » apparition de Jabba

Une autre scène qui pose vraiment problème dans l’épisode IV, c’est la première apparition de Jabba. Cette fois-ci il s’agit de réintégrer une scène qui a été tournée, mais non intégrée au film. À priori cela semble donc partir d’un bon sentiment, sauf que l’on se rend rapidement compte que cette nouvelle scène est tout aussi moche qu’inutile.

Certes à l’époque de l’édition spéciale, la technologie numérique n’était pas encore assez avancée pour obtenir un résultat convaincant, et cela se voit très clairement. Mais en plus, les responsables de cette séquence ont dû faire avec ce qu’il avait, à savoir la scène originale durant laquelle Han passe derrière Jabba. Sauf que depuis son design a complètement changé, passant d’un être humain à celui d’une grosse limace. Il faut donc que Han marche sur la queue de Jabba lorsqu’il se déplace derrière lui. Ce qui n’a pu se faire qu’en décalant numériquement le personnage, en ajoutant un petit crie de douleur à Jabba, histoire de détourner l’attention, et enfin on camoufle le tout avec un flou de mouvement. Le tout pour un résultat bien dégueulasse.

Pire encore, Jabba lui-même semblait avoir pris un sacré coup de jeune par rapport à l’épisode VI, et plus tard l’épisode I. Heureusement Lucas a profité des éditions suivantes pour retravaillé un peu la scène qui, visuellement en tout cas, passe un peu mieux.

Mais au-delà de la qualité technique et visuel très discutable de la scène, se pose une nouvelle fois la question essentielle : cette scène est-elle vraiment utile ? À l’époque du tournage du film, probablement. Après tout Lucas n’était pas certain qu’il y aurait une suite, aussi mettre un visage sur la menace qui pèse sur Han n’était pas une mauvaise idée. Le souci c’est que le retrait de cette scène apporte un certain mystère durant les deux premiers films de la trilogie. Jabba The Hutt est en effet cité plusieurs fois, mais jamais montré. Dans l’épisode V, la menace prend même la forme de Bobba Fett, qui travaille notamment pour Jabba. Ce n’est finalement qu’au début de l’épisode VI que l’on découvre cette horrible limace baveuse et visqueuse. En rajoutant cette scène à l’épisode IV, Lucas casse complètement tout le mystère qui entoure ce personnage ainsi que l’effet de surprise lorsque l’on découvre son vrai visage.

Jedi Rock’s

Avant d’aborder la scène qui, personnellement, m’énerve le plus, un petit mot sur l’entrée du palais de Jabba. Un peu à l’image des rochers ajoutés dans l’épisode IV pour mieux cacher R2-D2, Lucas a cru bon d’agrandir la porte du palais dans l’épisode VI. Pourquoi pas, mais de là à ce qu’elle devienne aussi ridiculement disproportionnée…

Bref, revenons au Jedi Rock’s qui, une fois encore, était déjà prévue à l’époque du tournage de l’épisode VI. Dans la version originale du film, elle est d’ailleurs partiellement présente, puisque l’on peut notamment voir la chanteuse. Sauf qu’elle n’a pas pu être tournée en intégralité, à cause notamment de la marionnette qui était trop statique. Par conséquent, l’occasion était trop belle pour Lucas pour ne pas recréer la scène comme il le souhaitait, c’est à dire visiblement comme une séquence musicale digne de Disney…

Je vais être clair, et ce n’est sans doute pas objectif, mais je déteste cette scène. Encore plus que toutes les autres ! D’abord parce qu’une fois de plus, voir des créatures intégralement numériques qui se baladent au milieu d’un film conçu à l’époque avec des effets pratiques, cela crée un trop gros décalage. Mais surtout, cette séquence musicale est juste une grosse mouche bien grasse dans la soupe et démontre clairement que Lucas voulait rendre le dernier film de la trilogie encore plus familial ! Comme si les Ewoks n’avaient pas suffi…

Le retour d’Anakin

Enfin, terminons ce petit tour d’horizon des modifications qui fâchent dans les éditions spéciales, avec la scène finale de l’épisode VI. Dans le film d’origine, Luke voit les fantômes d’Obi-Wan, Yoda et enfin de son père, alors incarné par un David Prowse que l’on n’avait jamais vu jusque là. Oui bon d’accord, sauf lorsque que Luke retire le casque de Vader, mais bon il est difficile de reconnaître l’acteur. En plus de signifier le retour vers le côté lumineux d’Anakin Skywalker à la fin de l’histoire, cela avait aussi la forme d’une certaine reconnaissance pour celui qui a incarné anonymement l’un des méchants les plus iconiques de l’histoire du cinéma.

Hélas, Lucas est de nouveau passé par là et a remplacé David Prowse par Hayden Christensen. Le tout justifier par une volonté d’être plus cohérent avec la prélogie et le fait que c’est le fantôme du jeune Anakin avant qu’il ne passe du côté obscur. Le fait que Darth Vader sauve Luke et balance l’Empereur au fond du gouffre ne serait donc pas l’acte d’un Jedi, mais celui d’un père. OK, pourquoi pas, j’aime bien l’idée.

L’ennui, c’est que je trouve ce remplacement irrespectueux envers l’acteur, David Prowse, qui a pourtant tant contribué au succès de la trilogie en incarnant Darth Vader. Ceci étant dit, il en va de même pour Anthony Daniels et Kenny Baker, qui ont incarné respectivement C3-PO et R2-D2, mais que l’on ne voit pourtant jamais dans les films.

Verdict

En conclusion, que Lucas ai voulu corriger ses erreurs est une bonne chose. Qu’il est voulu améliorer ses films en les rendant plus fidèles à ce qu’il souhaitait à l’époque, pourquoi pas. Mais de là à ce que certaines modifications soient problématiques, moches, inutiles, ou les trois en même temps, c’est inacceptable. Et pourtant c’est bien ce que George Lucas persistera à faire en continuant à modifier plusieurs fois sa trilogie originale au fur et à mesure des nouvelles éditions, quitte à la transfigurer.

Le plus dramatique dans tout cela, c’est qu’il s’est même arrangé pour que les versions originales ne soient pas légalement disponibles ! Un comble pour celui qui, durant les années 80, s’était exprimé contre la colorisation de vieux films en noir et blanc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Entrez Captcha ici : *

Reload Image