The Terror – Saison 1

  • Une série : Fantastique
  • Diffusée pour la première fois sur : AMC le 26 mars 2018 et disponible en VOD sur Amazon en France
  • Créé par : David Kajganich et Soo Hugh
  • Adaptée du roman : The Terror de Dan Simmons
  • Avec au casting : Jarred Harris, Tobias Menzies, Claran Hinds, Paul Ready, Adam Nagaitis, Ian Hart et Nive Nielsen
  • Histoire : En 1845, l’expédition Franklin, constituée de deux navires à la pointe de la technologie ; le HMS Erebus commandé par James Fitzjames et le HMS Terror dirigé par Francis Corzier ; est envoyée en Arctique afin de découvrir et de franchir le passage du Nord-Ouest. Malheureusement, le convoi se retrouve coincé dans les glaces. Les marins doivent alors tenter de survivre entre le froid, la maladie et les risques d’intoxication au plomb, mais également lutter contre les attaques d’une étrange créature…

L’expédition Franklin

The Terror est l’adaptation d’un roman du même nom de Dan Simmons, notamment connu pour sa série de science-fiction Les Cantos d’Hypérion. L’auteur s’est lui-même inspiré de l’expédition Franklin de 1845 qui, après s’être engagée dans le détroit de Lancaster, a disparu corps et biens.

Il faudra attendre près d’un siècle avant que l’on ne commence à comprendre ce qu’il est advenu des marins, grâce notamment à plusieurs missions scientifiques. D’abord bloqués dans les glaces, les membres de l’expédition ont dû affronter le froid, les longues nuits d’hiver, le scorbut, ainsi qu’une intoxication aux plombs. Finalement, les hommes tenteront de rejoindre un lieu plus civilisé à pieds, mais ils mourront malheureusement les uns après les autres. Il semblerait même qu’une fois à court de vivres, ils se soient livrés aux cannibalismes.

Tout comme le roman, la série reprend en grande partie ce qui est probablement arrivé à cette malheureuse expédition. Toutefois, l’auteur original a choisi d’y ajouter un petit élément de fantastique basé sur les croyances inuites : le Tunnbaq (ou Tuurngait).

Une réalisation légèrement en retrait

Le but de The Terror n’est pas de nous proposer une histoire complexe, mais plutôt de nous conter les mésaventures d’un groupe de marins perdus au beau milieu d’un désert de glace, et devant faire face à de multiples dangers pour survivre. Pour y parvenir, la série repose sur une bonne petite ambiance bien pesante, ainsi que sur un rythme un peu lent, certes, mais pas ennuyeux pour autant. Malheureusement, l’ensemble manque clairement de panache.

Non pas que je réclame toujours plus d’actions, bien au contraire j’aime quand un récit prend son temps, quelle que soit sa forme. Non, le problème se situe plutôt au niveau de la mise en scène, bien trop figée à mon goût. Certains plans sont certes superbes, mais jamais on n’a le droit à un petit effet visuel bien senti. La caméra se contente de filmer ce qui doit être montré, et c’est tout.

Par exemple, lorsqu’un marin avoue à son supérieur que durant une expédition précédente, la tension était telle qu’il avait eu envie d’ouvrir la tête de son commandant à coup de hache. Pendant ce long monologue, la caméra reste totalement immobile. Pas le moindre zoom vers le visage du personnage pour venir appuyer l’histoire à mesure qu’elle est racontée. Ce qui aurait pourtant eu pour effet de faire monter un peu plus la tension de la scène.

Même chose du côté de la musique. Bien présente, elle accompagne les moments les plus importants sans pour être marquante. Si bien qu’il n’y a que la petite mélodie du générique que l’on retiendra.

Enfin, j’apprécie la retranscription de l’époque qui me semble très fidèle, et qui a sans aucun doute demandé beaucoup de travail. Néanmoins, dès que l’on s’éloigne des navires pris dans la glace, l’environnement paraît trop parfait, trop artificiel… Il est assez clair que la série a été produite en studio, ce qui est normal, car il aurait été assez difficile d’effectuer le tournage en Arctique. Malheureusement, cela est trop visible à mon goût, mais peut-être est-ce aussi dû aux technologies modernes qui rendent des images bien plus précises et nettes qu’autrefois.

Du fantastique, mais pas de l’horreur ou du gore

Cette sobriété dans la réalisation a néanmoins le mérite de ne pas plonger The Terror dans l’horreur outrancière ou le gore inutile. N’étant pas un féru des films d’épouvante, et n’approuvant guère les scènes gratuitement choquantes, c’est le genre de chose que j’apprécie beaucoup.

Ainsi, lorsqu’une partie de l’équipage succombe au cannibalisme, cela nous est présenté d’une manière assez simple et sobre. On ne voit jamais le découpage de la viande, qui aurait pourtant pu être un bon prétexte pour faire une séquence bien sanglante. Au mieux, on aperçoit un corps avec des morceaux de chairs manquants, et à côté un récipient dans lequel est en train de cuire la nourriture. Pas besoin d’en faire plus, on comprend très bien ce qu’il se passe et cela suffit à provoquer un petit frisson dans le dos, ou du dégoût pour les plus sensibles.

Une série qui aurait pu être un film

Quoiqu’il en soit, en choisissant de prendre le temps de révéler son histoire, The Terror adopte très clairement les codes du format télévisuel, où chaque épisode a un sujet qui lui est propre. On suit sans le moindre problème les mésaventures des marins et on en apprend un peu plus sur les principaux personnages. La créature quant à elle n’est que partiellement dévoilée, tout du moins jusqu’au milieu de la série.

L’ennui, c’est que l’histoire est si lente et finalement si peu complexe, qu’elle aurait pu tout à fait faire l’objet d’un film de deux heures. Le récit aurait alors été plus condensé, le rythme un peu plus soutenu et la tension plus importante. Le tout en réservant la révélation de la menace pour le dernier acte du métrage.

Verdict

En conclusions, The Terror est une petite série fantastique qui se laisse agréablement regarder. Difficile cependant de passer à côté de certains de ses défauts, mais qu’on lui pardonnera bien volontiers. Je reste néanmoins convaincu qu’entre les mains d’un bon réalisateur, cette histoire aurait fait un excellent film au cinéma.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *